Modèle de bazin affou keita
y posteado en Sin categoría

Le mélange de la logique et du poétique de Bazin attire l`attention de Jean-Paul Sartre, qui lui commande d`écrire des essais pour la prestigieuse revue philosophique les temps modernes. Par la suite, son nom est devenu associé à un tableau stupéfiant de magazines populaires et spécialisés, le plus notable étant l`écran français, France-observateur, Radio-cinéma-télévision, la revue du cinéma, critique et esprit – et enfin l`historique les cahiers du cinéma, qu`il fonda avec Jacques Doniol-Valcroze en 1951. Dans tout Bazin est dit avoir écrit quelque 2 000 pièces (il avait besoin d`être prolifique, car à ce moment, il avait une famille à l`appui-sa femme Janine et un petit fils Florent). Dans un contexte de pré-montage Feuillade préfigure le véritable sens de la profondeur de champ – la capacité d`empêcher le montage par découpage en profondeur. 6 selon le découpage de Bazin en profondeur approche un réalisme dans un sens ontologique, la restauration à des objets de leur densité existentielle. Tous les éléments, acteur/objet et premier plan/arrière-plan sont fusionnés en un seul modèle perceptuel (Bazin, Orson Welles, 80). Une citation finale sert, peut-être plus que tout autre, comme un témoignage de la position brûlante de Bazin comme théoricien «réaliste» (ma traduction): avec le champion du réalisme comme objectif éventuel, Bazin a écrit un aperçu historique réfléchi de l`évolution du langage cinématographique. Le principal principe en provenance de cette vue d`ensemble est que le saut du cinéma silencieux au son n`était pas le principal point évolutif dans le langage cinématographique. Ce point de rupture arriverait plusieurs années plus tard (1940-41). Le point de départ de Bazin pour son aperçu historique est la période silencieuse.

Employant une approche stylistique et semi-auteur, il regroupe tous les réalisateurs entre les années 1920 à 1940 en deux groupes: l`un qui fonde leur intégrité dans l`image (les imagistes) et un autre qui fonde leur intégrité dans la réalité (les réalistes). Les imagistes sont répartis en deux camps, ceux qui travaillent avec les plastiques (éclairage, décor, composition, action) et ceux qui travaillent avec le montage (les montagistes). Les réalistes ne faussent pas le temps (comme les montagistes) ou l`espace (comme les expressionnistes), mais tentent de dépeindre la vraie réalité. Les principaux exposants du camp réaliste sont le premier de l`an, les grands-voyants, Robert Flaherty, Eric von Stroheim, Carl Dreyer et Jean Renoir. Les montagistes sont également divisés en deux camps, distingués principalement par un laps de temps: 1920-30 (Abel Gance, P.S. Griffith, Sergei Eisenstein) et 1930-40 (le style classique américain «invisible», influencé en grande partie, je crois, par Vsã OD Pudovkin).

Compartir este contenido...
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone
Los Comentarios están cerrados.